Posez vos questions !

Utilisez le formulaire pour poser toutes vos questions ; les réponses apparaîtront suite à votre message quand il aura été validé. Pour des raisons de commodité, l'affichage des messages va du plus récent au plus ancien : ne vous étonnez donc pas de voir apparaître la question en-dessous de la réponse...

Commentaires (571)

1. Pascal G 27/09/2018

Vous pouvez bien sûr mobiliser l'idée de déterminisme social ; le but est simplement de la mettre au service de la question posée.

2. TL2 25/09/2018

Bonjour Monsieur, pour la rédaction des 2 parties du sujet « être libre, est-ce rejeter toute morale? » je me demandais si le déterminisme social pouvait constituer une de nos theses de la première partie: « nous montrerons en quoi la liberté exige de se déprendre de toutes les normes morales qui nous ont été transmises ». Merci par avance.

3. Pascal G 12/09/2018

Pour les TL : Erratum !
Contrairement à ce que je vous ai dit, il n'y a pas d'âge fixé par la loi concernant la responsabilité pénale en France. Et ce, justement parce que le critère de la responsabilité est (conformément à ce que j'essayais d'expliquer dans le cours) le discernement. Le discernement est donc bien le SEUL critère qui décide de la responsabilité, il n'y en a pas d'autres. L'âge n'intervient que pour fixer le type de responsabilité pénale (responsabilité pénale des mineurs) et les peines possibles : moins de 10 ans (peines éducatives), de 10 à 13 ans (sanctions éducatives), de 13 à 16 ans (possibilités de peines pénales, avec possibilité d'excuse atténuante de minorité), au-delà de 16 ans.
Voilà voilà : désolé pour cette erreur d'information.

4. Pascal G 17/06/2018

Pour élève STMG : le "sujet 3" est bien un commentaire de texte ; par conséquent, si vous faites un commentaire de texte, tout va bien.
Les questions sont là pour VOUS AIDER à faire un commentaire de texte ; donc, vous avez le droit de ne pas vous en servir... mais même si vous ne vous e servez pas, si votre commentaire est correct, il y aura forcément la réponse aux questions dans votre devoir !

Ainsi :

1. Un commentaire de texte commence par une introduction, et le but de l'introduction est de clarifier la thèse du texte, et les étapes du texte (son plan, son cheminement logique).

--> La "question 1" vous demande de restituer la thèse du texte et les étapes de l'argumentation

--> donc : si vous faites un commentaire correct, avec une introduction correcte, vous répondrez forcément à la question 1.

Remarque : le jour du bac, la formulation de la question 1 peut varier ; cela indique seulement que le jury essaie de VOUS AIDER, par sa question, à trouver la thèse et / ou les étapes de l'argumentation.

Même remarque pour la (les) question(s) 2. Un développement de commentaire doit fournir l'explication du texte, et donc notamment l'explication de ses passages-clé, en mobilisant l'ensemble du texte. Les termes-clé doivent être définis, les affirmations justifiées et illustrées par des exemples précis, le rapport à la thèse globale mis en lumière.

--> Les questions 2 (a, b) sont là pour vous demander d'expliquer les passages-clé du texte (qu'elles vous aident donc à repérer) ; donc, si vous faites un bon commentaire, et donc une bonne explication, vous répondrez forcément aux questions 2, que vous le vouliez ou non.

Même chose pour la question 3. Un commentaire se termine par une partie "commentaire", qui discute le problème dont il est question dans le texte, soit en remettant e cause la réponse de l'auteur, soit en proposant une réflexion alternative pertinente.

--> La question 3 vous pose la question à laquelle le texte cherche à répondre et vous demande de proposer une réponse argumentée.

--> Là encore, la question 3 est donc là pour VOUS AIDER à faire la partie commentaire, en vous indiquant clairement le problème dont il est question dans ce texte.

Donc : là encore, si vous faites un bon commentaire, vous répondrez forcément à la question 3, que vous le vouliez ou non.

Peu importe donc que votre commentaire se présente explicitement comme une suite de réponses aux questions 1, 2 et 3 ; ce qu'il faut, c'est qu'il soit un commentaire ; et un commentaire contiendra forcément les réponses aux questions qui vous sont posées.

5. t stmg 17/06/2018

bonjour monsieur concernant l'explication de texte peut t on réaliser un commentaire ne répondant au questions donnés( qiestion 1 : intro etc .. ou en repondant juste à la question 3 en faisant : intro , dvp , conclusion . ?

6. Pascal G 17/06/2018

Le mécanisme et le déterminisme corporel sont souvent liés, mais pas nécessairement. Par exemple, Descartes soutient une approche mécaniste du vivant, mais il n'est pas déterministe (pour lui, l'homme est libre).

Il faut garder en tête le fait que ces deux doctrines ne correspondent pas aux mêmes questions. Le mécanisme correspond à une conception de ce qu'est un être vivant : peut-on réduire l'être vivant à un ensemble de mécanismes articulés (comme un automate) ou faut-il admettre la présence d'un "flux", d'une force, d'un élan vital à caractère méta-physique ? Le mécanisme est le doctrine qui affirme la première réponse (contre le vitalisme).

Le déterminisme est une doctrine qui prend position par rapport à l'existence de la liberté. Est déterministe toute doctrine qui affirme le caractère illusoire de la liberté, dans la mesure où les actes / les pensées / la volonté de l'homme sont déterminés par des forces et des mécanismes (internes ou externes) qui échappent à son contrôle.
Le déterminisme corporel est doc la doctrine qui affirme que la totalité des pensées et volitions de l'homme sont déterminées par des processus physiques ou chimiques ayant lieu dans son corps (et notamment dans son cerveau).

Ainsi, on peut être mécaniste pour le fonctionnement du corps, mais maintenir un "libre arbitre" de la volonté : c'est le cas de Descartes. Inversement, on peut être vitaliste et remettre en cause la liberté de la volonté (c'est le cas de Schopenhauer).

7. Pascal G 16/06/2018

La dignité est la valeur que me confère le fait d'être un sujet (d'être doté de raison et de conscience) : je ne peux donc jamais seulement être un moyen, je dois toujours aussi être considéré comme ayant une valeur en moi-même.

8. TL1 16/06/2018

Bonjour monsieur,

Est-ce qu'il y a une définition générale de la dignité?

9. Élève TL1 16/06/2018

Bonjour monsieur,
Comment différencier l'approche "mécaniste" du vivant, du déterminisme corporel ? Ils sont bien tous les deux mûs par une force extérieure ?
Merci

10. Pascal G 14/06/2018

En ce qui concerne la notion de "l'inconscient'", on peut distinguer :

a. un sens général (fait partie de "l'inconscient" ce qui est dans l'esprit tout en n'étant pas conscient), et

b. un sens plus spécifique, qui est le sien dans le domaine de la psychanalyse. Comme les textes de philosophie du baccalauréat concernent souvent ce second sens (qu'ils le défendent, notamment avec Freud, ou le critiquent, par exemple avec Sartre) ; dans ce cadre, "l'inconscient" ne désigne pas tout ce qui n'est pas conscient, mais bien ce qui a été refoulé, ce qui ne peut pas accéder à la conscience du fait d'un acte de censure interne.

Le but est de ne pas réduire un sujet de dissertation au seul inconscient freudien (qu'il faudrait cependant envisager dans le développement), mais de ne pas perdre de vue, lorsque l'on parle de psychanalyse, cet élément-clé qu'est le refoulement. Et si le texte est de Freud, c'est bien le sens psychanalytique qu'il faut mobiliser.

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire