Posez vos questions !

Utilisez le formulaire pour poser toutes vos questions ; les réponses apparaîtront suite à votre message quand il aura été validé. Pour des raisons de commodité, l'affichage des messages va du plus récent au plus ancien : ne vous étonnez donc pas de voir apparaître la question en-dessous de la réponse...

Commentaires (540)

1. Pascal G 09/01/2018

Mais oui, c'est toujours possible ; en fait je les accepte jusqu'au jeudi.

2. tl1 09/01/2018

bonjour monsieur j'aimerais savoir si il est toujours possible de vous rendre le DM facultatif lundi ?

3. Pascal G 07/01/2018

Le plan doit indiquer les étapes de votre raisonnement ; cela ne permet pas forcément de savoir quelle prise de position vous allez soutenir, mais le correcteur doit voir, soit quelles grandes questions vous allez poser, soit quelles grandes affirmations vous allez soutenir.

Dans le second cas, il est effectivement probable que la prise de position défendue apparaisse.

Rappel : la prise de position n'est pas un élément "rajouté" dans la conclusion : c'est la réponse qui DECOULE logiquement du développement. C'est celle que démontre le développement. Donc, plus vous serez précis dans la description de votre développement en introduction, et plus la thèse apparaîtra.

4. élève T Stmg 06/01/2018

Bonjour m.r dans l'annonce du plan devons nous donner un plan dont nous devons prendre position par rapport à la question posée ?

5. Pascal G 05/01/2018

Oui, puisque si vous définissez l'un des deux termes... l'autre est défini aussi, par la même occasion : est heureux celui qui atteint le bonheur, donc en définissant ce en quoi consiste le fait d'être heureux, on aura une définition du bonheur.
L'erreur à ne pas commettre, c'est d'en rester à la formule : "être heureux, c'est atteindre le bonheur" ; c'est ce que l'on appelle une "tautologie", qui ne dit absolument rien tant que l'on n'a pas précisé le sens de l'une des deux notions.

6. TSTMG 04/01/2018

Bonjour, peut on définit le mot bonheur a la place du mot heureux dans la dissertation?

7. Pascal G 19/12/2017

Le fait que vous ayez l'impression d'être "obligé(e)" de séquencer le texte d'une certaine façon est plutôt bon signe : cela veut dire qu'il y a bien un fondement à votre structuration.

Et là encore, ce n'est pas le nombre de séquences qui compte, c'est l'analyse qui en est faite. Tant que chaque séquence est bien analysée en elle-même et articulée aux autres, vous ne commettez pas de faute.

En règle générale, quand vous sentez qu'un séquençage commence à résister, que vous avez l'impression qu'un découpage plus poussé détruirait la cohérence, l'unité de vos séquences, c'est que votre proposition est valable.

Chaque type d'explication implique un mode de séquençage : certains élèves préfèrent pouvoir articuler des idées différentes dans une séquence, d'autres préfèrent isoler chaque idée, et l'articuler ensuite à d'autres séquences. C'est le "style" propre d'une explication : trouvez celui qui vous convient !

8. TL1 19/12/2017

Bonjour monsieur,
Je voudrais savoir s'il était possible de séparer le texte en
seulement quatre parties car les séquences me paraissent longues mais je ne trouve pas comment le séparer autrement?

9. Pascal G 18/12/2017

Pour élève TL : les "réservoirs d'exemples" sont toujours les mêmes... le cours (nous avons déjà parlé de culpabilité...), les supports culturels (films, romans, pièces...), l'imagination (toujours un peu risquée) et l'expérience personnelle.
Pour la répression des instincts "sauvages" au sein d'un cadre social, cela ne va pas être très difficile à trouver.

Pour le lien entre répression des instincts et culpabilité, je vous propose (mais ce n'est qu'une piste possible) une voie, qui concerne les victimes d'agression sexuelle. La plupart de ceux qui réfléchissent aux conséquences psychologiques d'une agression sexuelle (notamment dans le cas du viol) doivent expliquer et comprendre un constat apparemment paradoxal : ce sont les victimes qui culpabilisent !

Il existe de nombreuses interprétations possibles de ce paradoxe (et rien n'indique qu'il faudrait n'en choisir qu'une). Mais il me semble que le texte de Nietzsche nous fournit une voie d'interprétation possible de ce constat étrange, si on applique sa thèse à la victime (ce n'est pas l'agressivité de l'agresseur qui est ici pertinente... encore que : beaucoup d'agresseurs ne culpabilisent pas, ce qui peut être intéressant à analyser.

Le cas de la victime est cependant plus intéressant, car les "instincts" qui se trouvent alors réprimés (chez la victime) sont plus proches des "instincts sauvages" dont parle Nietzsche, que les instincts en cause dans le viol, dont Nietzsche ne chercherait nullement à faire l'apologie.

Vous pouvez aussi mobiliser, dans le domaine littéraire, l'oeuvre de Gide intitulée "La porte étroite". Le personnage d'Alissa pourrait constituer une bonne illustration de ce à quoi conduit la répression totale des instincts naturels...

10. elève TL 18/12/2017

Bonjour mr, où peut on puiser nos exemples pour l'analyse de texte? Car l'auteur n'en énonce que très peu dans son texte, et j'ai peur de faire des hors sujets au niveau des exemples

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau