Présentation

Cet espace vient en partie d'une certaine conception de ce que pourrait être le web dans le domaine de la recherche, notamment dans le domaine des sciences humaines. Bien souvent, les enseignants et les chercheurs en SH utilisent la Toile,

     . pour dresser une liste de ressources consultables et pertinentes pour le thème envisagé (articles, forums, etc.)

     . pour mettre en ligne des travaux qui constituent le résultat de recherches personnelles (il peut par exemple s'agir d'articles qui n'ont pas fait l'objet d'une publication),

     . pour produire des commentaires éclairés sur l'actualité (scientifique, politique, juridique, etc.), dans lesquels leurs compétences sont mobilisées.

Ces trois usages du web sont évidemment légitimes; mais il m'a souvent semblé dommage que les chercheurs ne profitent pas de ce magnifique espace de stoquage et de consultation qu'est le web pour mettre à disposition leurs travaux préparatoires, c'est-à-dire l'ensemble des matériaux à partir desquels leurs travaux ont été élaborés. Dans tout travail de recherche, existe une phase intermédiaire au cours de laquelle s'effectue l'appropriation des données ; cette phase prend place entre la collection des sources (bibliograhiques, etc.) et les premiers travaux de synthèse (qui proposent une interprétation). C'est le moment au sein duquel s'opère la sélection et l'organisation des données : on sort du registre de l'information, mais on ne se situe pas encore dans le registre de la "thèse". Les matériaux qui apparaissent alors ne sont déjà plus de simples "sources", mais ne sont pas encore des éléments intégrés à une trame interprétative déterminée. Ni fait, ni récit : c'est à cet ensemble de matériaux que l'on pourrait donner le nom de "document".

Ces documents, lorsque l'on y accède, sont souvent très intéressants. D'une part, ils sont insérés dans une trame qui, déjà, indique un certain sens, une possibilité d'interprétation ; mais cette indication ne retire pas encore au chercheur la possibilité de les interpréter autrement (ce que tend naturellement à faire tout travail de synthèse, achevé, au sein desquels les données seront mises au service de la thèse défendue par le chercheur, devevant ainsi arguments, exemples, applications...) ; ils indiquent simplement une certaine manière de lire les données. L'intérêt de ces documents vient alors aussi du fait que le sens qui émerge n'est pas toujours en accord avec le propos final de l'auteur : les travaux d'économistes, par exemple, font nettement apparaître la façon dont les données résistantes, "hérétiques", tendent à être évacuées de la synthèse finale, sauf à être accompagnées du travail discursif qui permet la réintégration de la donnée récalcitrante. Dans les notes préparatoires d'un chercheur (auquel il est assez rare que l'on accède), il arrive assez souvent que ce dernier fasse part de sa perplexité, de sa perte de "contenance" face à une ou plusieurs données qui ne "collent" pas.

Ces données peuvent être des faits (données statistiques, etc.) ; mais il peut aussi s'agit de faits de discours, de propos tenus par un auteur. Quiconque a déjà travaillé de façon suivie sur le corpus d'un auteur sait qu'il existe presque toujours, dans son "Journal", dans les "Fragments Posthumes", dans la Correspondance (etc.) des phrases ou des textes que l'auteur qui échappent à toute tentative (honnête) d'intégration à la "doctrine" de l'auteur, telle que le chercheur tend à la présenter. Ces éléments ne constituent évidemment pas des "falsifications" de l'interprétation proposée ; exiger la cohérence totale d'un corpus (surtout lorsque l'on fait entrer dans ce corpus l'ensemble des données qui n'ont pas été volontairement publiées par l'auteur) n'a évidemment aucun sens: une telle cohérence serait d'ailleurs le signe que l'auteur X a cessé de penser par lui-même, et s'est mis à penser "en tant que X", c'est-à-dire de façon conforme à la doctrine qu'il est censé avoir proposée. La plupart des auteurs que nous envisagerons ici (Gide, Pasolini) sont précisément des auteurs qui ont toujours cherché à éviter cet écueil : Gide ne voulait surtout pas "faire du Gide".

Le but de cet espace est donc de proposer des "documents", c'est-à-dire des matériaux qui n'étaient pas destinés à être diffusés : il ne s'agit pas encore de travaux d'analyse, d'interprétation (etc.), mais il ne s'agit déjà plus d'une simple somme de données. Bref : il s'agit de proposer des "matériaux de travail", du type de ceux que, personnellement, je souhaiterais trouver plus souvent sur la Toile. Ce type de matériaux que le "dramaturge" (au sens contemporain du terme), dans le monde du théâtre, tend à rassembler pour constituer sa présentation de l'oeuvre aux acteurs, au metteur en scène, aux costumiers, etc.

Je commencerai cette année à construire cet espace, en mettant en ligne des éléments avant tout textuels. L'idée est de proposer des textes extraits du corpus de quelques auteurs, "philosophes" ou non. Le but n'est pas de proposer des éléments d'analyse, mais uniquement de sélectionner, "intituler", organiser et restituer des passages dont la valeur théorique, et notamment philosophique, constitue l'intérêt principal. En ce qui concerne Pasolini et Gide, les propos "philosophiques" sont disséminés dans toute l'oeuvre (littéraire, correspondance, cinématographique, etc.) sans toujours être ressaisis ou explicités dans les textes explicitement théoriques ; une approche philosophique de ces auteurs exige donc un travail de collecte, d'étiquetage et de "tri" qui en permet l'approriation. C'est ce travail que vous trouverez ici, à titre de "document".

La restitution des textes s'effectue de la manière la plus directe possible (j'ai tenté d'éviter les "découpages"), et en privilégiant l'axe chronologique (qui permet de mettre en lumière l'histoire, rarement linéaire, de la pensée des auteurs). Je n'ajoute pas ici de commentaires sur les textes : mes seules interventions consistent :

     . dans quelques notes de bas de page (ou en passages indiqués par des crochets) explicitant le sens de telle ou telle référence interne au texte,

     . dans la sélection des passages (qui ne prétend évidemment pas à une "neutralité" absolue),

     . dans les titres placés au-dessus des passages, dans lesquels je tente d'indiquer ce qui me semble constituer l'idée nodale

Ce travail ne prétend donc ni à la neutralité, ni à l'exhaustivité, ni à l'orignalité, ni à rien de ce que peut viser un "travail de recherche" : c'est une simple... recherche de travail.

Concernant l'oeuvre de Melville, Moby Dick, le cas est un peu différent, quoique l'idée principale demeure analogue. Le document proposé ici provient d'un travail réalisé pour la compagnie des "Mécaniques célibataires" (dont vous pouvez consulter le site à cette adresse), qui a ouvert depuis quelques années un "chantier" centré sur l'oeuvre majeure de Melville ; il consistait à produire une synthèse des interventions (directes ou indirectes) des différents personnages de l'oeuvre, de manière à mettre en lumière le sens symbolique de l'oeuvre. Le document propose donc, pour chaque personnage, une synthèse des passages au sein desquels ils interviennent explicitement, ainsi qu'un commentaire interprétatif. Ce commentaire n'a donc, lui, pas de prétention à la neutralité : il sert explicitement le projet interprétatif indiqué précédemment. J'ajoute que, n'ayant au départ aucune vocation a être diffusé, il risque souvent de rester un peu hermétique pour le lecteur non familiarisé avec les réferences qu'il mobilise. Mais là encore, le but n'est pas de faire oeuvre de spécialiste (je ne suis "spécialiste" d'aucun des auteurs en cause), mais de fournir un support de travail qui pourrait être utile à ceux qui, pour une raison ou pour une autre, seraient amenés à s'intéresser à ce Monument qu'est Moby Dick.

Tous les commentaires sont évidemment les bienvenus.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau